L'analyse réthorique

Contexte

Dans une optique de gestion patrimoniale, l'agitation est mauvaise conseillère. L'objectif d'une gestion patrimoniale, par nature prudente et avisée, est d'obtenir une performance la plus régulière possible, c'est à dire minimisant les pertes pour une rentabilité (rendement et plus-values incluse) la plus régulière possible : un fonds qui augmente de 30 % quand l'indice de référence sursaute de 20 % et qui baisse de 15 % quand ce même indice perd 20 % n'est pas un fonds patrimonial car ne respecte pas les critères précités. Il faut donc surveiller à minima la perte maximum survenue au cours des dernières années et la distribution régulière de dividendes. Dans une gestion de portefeuille, le rendement intervient grandement dans la création de la performance. Rappelons à ce titre que l'indice CAC 40 est un indice qui n'intègre pas les dividendes. S'il est utilisé en tant que benchmark, il faut penser à réintégrer les dividendes à cet indice pour ne pas fausser la comparaison.

L'acte de devenir associé

Investir son argent dans une entreprise signifie devenir associé de cette entreprise. Ceci ne peut avoir de sens que sur le long terme. Par exemple, une stratégie est établie pour une durée de plusieurs dizaines d'années dans le monde industriel.

Nous achetons des actions sur le marché secondaire : à un vendeur se substitue un acheteur. Cet échange est a priori neutre pour la société. Les actions changent simplement de détenteur. Si par ailleurs le cours gagne ou perd 10 %, cela ne change pas son fonctionnement, sauf pour le cas spécifique d'une augmentation de capital. Penser à la signification de son acte dès le départ permet de faire abstraction des aléas en cas de forte variation des cours liés à des facteurs exogènes à la société. Rester vigilant face à la qualité de la communication financière d'une entreprise (c'est à dire sa régularité, sa clarté) offre une certaine sécurité. A contrario, une société annonçant un profit warning le jour de l'annonce de ses résultats, sans anticipation, est à bannir de son portefeuille.

Deux possibilités existent :

  • Investir en direct sur le marché des actions : il faut être capable d'absorber l'agitation inhérente aux marchés financiers et investir en fonction de ses propres convictions. L'euphorie et la déprime sont à éviter afin de garder l'esprit clair.
  • Laisser un gérant réaliser ces investissements patrimoniaux pour notre compte. Ici, c'est le choix du gérant et de son fonds qui entre en ligne de compte.

Analyse réthorique

Celui qui souhaite se forger ses propres opinions sur les marchés doit prendre du recul : c'est ici qu'intervient l'analyse rhétorique. Elle consiste à démystifier les méandres du discours.

Tout d'abord, il ne faut pas chercher à tout mouvement boursier une explication. La multiplicité des intervenants et de leurs intérêts divergeants suffit à expliquer les variations quotidiennes. Broder autour de ces hausses ou baisses ponctuelles présente peu d'intérêts.

Une vision long terme permet de dégager une tendance. C'est ici que peut intervenir l'analyse technique. Toutefois, elle est à utiliser avec intelligence : le principe des résistances et des lignes de tendances, des bandes de Bollinger, et des indicateurs usuels est intéressant. Rendre l'investisseur visuel peut apporter un nouvel éclairage. L'interprétation des volumes est à relativiser. Ils sont fragmentés sur plusieurs marchés comme les ECN qui connaissent un certain succès. Enfin, l'analyse technique n'est pas une science. Ce serait encore affaire de rhétorique que de vouloir le laisser penser.

Enfin, tout événement peut être perçu, comme dans la vie courante d'ailleurs, positivement ou négativement. La baisse de l'euro signifie que l'économie en Europe est en perte de vitesse. C'est donc un mauvais signe. Elle indique aussi que demain, l'Europe sera plus compétitive car moins chère vis-à-vis de ses concurrents extérieurs : c'est donc un bon signe. Pour un investisseur américain, investir sur les marchés européens lui permettra donc de bénéficier de ce regain de compétitivité. Mais une trop forte baisse de l'euro risque de limiter son gain en dollar.

Conclusion

Investir son argent dans des sociétés, en direct via des actions, ou via des fonds est un acte fort. Il s'inscrit dans une volonté de nous associer au destin d'une entreprise, d'une collectivité d'entreprises, et de leurs salariés. Nous percevons des dividendes qui récompenseront chaque année notre immobilisation de capital et notre prise de risque. Cette démarche s'inscrit dans le cadre d'une gestion patrimoniale qui part nature est réalisée sur le long terme. Et le rendement apportera une récurrence à la performance de notre portefeuille.